Carnival 2015

IMG_4160v


La semaine dernière a eu lieu le carnaval annuel d’Utila !

Il a commencé avec une parade de bateau, et a fini par une parade de char (sans chars parfois).
Comme notre école de plongée est super géniale, on a participer aux 2 évènements, et on y a mis les moyens comparés aux autres écoles ! (beaucoup n’ont rien fait pour l’occasion) – fière de travailler à Bay Islands College of Diving, nos conditions de travail sont bien meilleures que d’autres !

Bref, pour la parade de bateau, on a un peu improvisé au dernier moment, mais c’est moi qui ait donné l’idée principale : on va chercher des feuilles de palmier, et on fait une jungle ! Tout le monde à adoré. Notre manager a récupéré des masques, certains se sont peint en thématique jungle, un très bon moment en “famille”.

Toute la semaine a eu lieu des mini fêtes dans la ville à différents endroits, mais bon je travaille hein, alors je n’ai pas vraiment participé à aucune de celles-ci.

Nous avons fini par la parade de char, nous n’avions pas de char en temps que soit, mais tout le monde était ensemble pour parader fièrement, employé, élèves, clients… Un autre superbe moment de rapprochement ! La thématique était créature sous-marine, la plupart d’entre nous étions des sirènes, mais nous avions aussi quelques poulpes, requins et autres… Je vous laisse avec les photos :)


Last week took place the annual Utila Carnival !

It began with a boat parade, and ended up a float parade (without float sometimes).
As our diving school is awesome, we participate in the two events, and we invest ourselves in it comparing to other dive schools! (Many have done nothing for the occasion) – proud to work in Bay Islands College of Diving, our working conditions are much better than others!

In short, for the boat parade we improvised at the last moment, but I gave the main idea: we will find palm leaves, and turn the boat in a jungle! Everyone loved it. Our manager bought fancy masks, some people painted their body in a jungle theme… a very good time with the “family”.

During the whole week was held mini parties in different places in town, but didn’t really go (working, eh !).

We ended with the float parade, we had no float, but everyone was set to walk proudly, staffs, students, customers … Another great moment united ! The theme was underwater creatures, lots of mermaid, some sharks, octopus, squids… Have a look at the photos :)

P1250199

P1250235

P1250256

IMG_2556v

IMG_2835v

10986425_10153498429752048_8668065191181354786_n

11694836_10153498429632048_158232401730950885_n

Le plastique c’est fantastique… ou pas

treasure on the beach

Sometimes you find “treasures” – kids toys. Here, a plastic sword.


Aujourd’hui le sujet de ce post va se vouloir quelque peu orienté écologiquement parlant.En général, lorsque l’on va à la plage, nous avons à faire à de belles larges plages couvertes de sable.
La vérité, c’est que de un, ces plages sont parfois entretenues par les communes, et de deux, le courant est favorable à l’endroit et n’apporte donc rien avec lui.

Ici à Utila, petite île de 11kms par 4, battue de manière fréquente par les vents venant de l’Océan Atlantique, la réalité des plages est bien triste.Utila, c’est aussi une île qui attire les tortues marines, dont la tortue imbriquée, comme lieu pour pondre leurs oeufs. C’est pour cette raison qu’un groupe de volontaires à décider d’organiser des sessions “Nettoyage de plages”, tous les lundis.Bref, lorsque j’ai du temps libre, je m’y rend.

C’est assez affligeant de voir la quantité de déchets (principalement plastique) qui se trouve sur ces plages. Surtout en sachant que ce n’est rien en comparaison avec ce qui continue à flotter dans nos océans.Au menu: bouchons de bouteilles, bouteilles elles-même, bâtons de sucette, brosses à dents et une quantité de paires de chaussures que vous ne pouvez même pas imaginer.

Voici le résultat de notre société. Et souvenez-vous qu’une bouteille en plastique – c’est environ 400 ans avant d’être dégradée. Et que la plupart des pays du monde n’ont aucun système de recyclage. Comme ici sur Utila. Et chaque produit est sur-emballé dans divers conditionnement.

Common trashes

Common trashes

Clean clean...

Clean clean…


Today the topic of this post is going to be environmentally oriented.Generally, when you go to the beach, we go to beautiful wide beaches covered with bright sand.The truth is that, ONE, these beaches are often maintained by the municipalities, and TWO, the current is favorable to the place and do not bring anything else.

Here in Utila, a small island 11kms by 4, beaten on a frequent basis by winds coming from the Atlantic Ocean, the reality is sad.Utila is also an island that attracts sea turtles, including hawksbill, as a place to nest. That is why a group of volunteers decided to hold sessions of beach clean-ups every Monday.

In short, when I have free time, I go.It’s quite distressing to see the amount of waste (mainly plastic) that is on these beaches. Especially knowing that this is nothing compared with what continues to float in our oceans. On the menu: bottle caps, bottles themselves, lollipop sticks, toothbrushes and a number of pairs of shoes that you cannot even imagine.

Here is the result of our society. And remember that a plastic bottle – that’s about 400 years before being degraded. And most countries of the world have no recycling system. Like here on Utila. And each product is over-packaged in various plastics things

Beaches coloured by plastics

Beaches coloured by plastics

Almost romantic with the sunset

Almost romantic with the sunset

Please check out the beautiful videos campaign from Conservation International. Here is the one talking about The Ocean, featuring Harisson Ford.

Carribean Islander Life

Sunset Utila


Bon et bien voilà, cela fait déjà 3 mois que je suis revenue sur ma petite île des Caraïbes : Utila.

Les 2 premières semaines j’ai du assister des cours, mais je suis maintenant totalement indépendante et enseigne mes propres cours de plongée sous-marine (yeeeah ! Un article à venir).

Cela fait également 2 mois que j’ai emménagé dans une belle maison perdue au milieu de la jungle avec vue sur la mer… un vrai petit paradis. Cette maison appartient à mon ami, collègue mais également ancien formateur, Nick. Nous avons également un chat et un chien, et je possède un petit scooter afin de pouvoir aller “en ville”. La colocation se passe à merveille, j’aimerais juste parfois avoir plus de temps à passer à la maison pour en profiter davantage. Et oui, parce que même si je fais un boulot que j’adore, c’est également un métier assez chronophage, avec assez peu de jours de repos.

Ici à Utila, il n’y a aucune grande chaine. Pas de Wallmart, pas de Starbuck, ni de McDo… tout a été créé par des individus avec plus ou moins de bonnes idées. Pas de réel supermarché comme vous les connaissez, juste plein plein de petites groceries, qui se distinguent par les produits qu’elles vendent, leur politique de prix et également l’accueil du caissier.

Oui parce que parfois, certains locaux ne sont pas des plus plaisant, ni des plus commerçants. Une partie de la communauté est très solidaires, et donne à cette île beaucoup de charme. Je commence seulement à en découvrir les rouages. Une autre partie (la plupart des gens qui viennent du continent, attirés par l’argent du tourisme) est en revanche moins sympathique. Sans compter un certain nombre d’hommes qui pensent qu’en te disant à tout bout de chant dans la rue “hello beautiful, hello sunshine, hi babe” c’est totalement normal et que je devrais me sentir flattée et ravie. Enfin pour être honnête, sur mon scooter, on m’ennuie moins qu’avant !).

Utila, c’est une île de “backpackers” qui viennent s’amuser et apprendre à plonger pas cher. Du coup, il y a beaucoup de bars et de centre de plongée. Mais j’en parlerais dans d’autres articles plus tard à l’occasion.

Alors vous allez me dire, c’est quoi la vie d’une insulaire en France sur une petite île du Honduras, dans les Caraïbes ?

Eh bien, c’est tranquille. J’ai environ 1 à 2 cours à enseigner par semaine (mais attention ça prend entre 2 et 4 jours en fonction des cours), je dois me rendre tous les jours à l’accueil du club de plongée entre 10h et 12h ainsi qu’entre 16h30 et 18H afin d’être là pour accueillir potentiels plongeurs qui débarquent du ferry. J’ai environ 1 jour de repos par semaine, où je n’ai pas à venir à la boutique, et en général j’en profite pour faire le ménage, ma lessive et aller me promener dans le nord de l’île avec le chien. Une vie normale quoi.

Dans le club de plongée, je suis entourée de canadiens et d’américains, qui ont pour passe temps favoris de se moquer de mon accent et de mes erreurs de vocabulaires. Bref, je suis la “frenchy”.

Aller, quelques photos, jusqu’au prochain article.


Here we go, it’s been three months since I returned to my small Caribbean island Utila .

For my first 2 weeks I had to assist courses, but I am now totally independent and teach my own diving courses ( yeeeah ! An article forthcoming).

It is also been almost ​​2 months since I moved into a beautiful house in the middle of the jungle overlooking the sea … a true paradise. This house belongs to my friend, colleague but also former trainer , Nick. We also have a kitty cat and a dog, and I own a small scooter to be able to go in “town”. The housesharing goes very well, I would just sometimes have more time to spend at home to enjoy it more. Yes, because even if I do a job that I love, it is also quite time-consuming job, with really few days of rest.

Here in Utila, there are no large restaurant chain or so. No Wallmart, no Starbucks, no McDonald … all things were created by individuals with more or less good ideas. No real supermarket as you know them, just lots and lots of small grocerie shops, different by the products they sell, their pricing policy and also the smile of the cashier.

Yes because sometimes, some premises don’t have the most pleasant salesperson. Part of the community is very united, and it gives to the island a lot of charm. I only just beginning to discover how it works. Another part of the community (most people coming from the mainland, attracted by the money of tourism) is however less friendly. Besides a number of men who think that by telling you all the time in the street “hello beautiful, hello sunshine, hi babe” is totally normal and that I should feel flattered and delighted. Well, to be honest, on my scooter, it bothers me less than before!.

Utila is a backpackers island, people come to have fun and learn to dive for cheap price. So, there are many bars and dive center. But I will tell you more about it in another article.

So you tell me, what is the life of a little frenchy n a small island of Honduras in the Caribbean?

Well, it is quiet. I have about 1 to 2 courses to teach per week course (but beware it takes between 2 and 4 days depending on the course), I have to go every day to the shop between 10am and 12pm and also between 4:30pm and 6pm to be there to greet potential divers just coming from the ferry. I have about one day of rest per week, where I do not have to come to the store, and in general I take this opportunity to clean my laundry and take a walk in the north of the island with the dog.

At the shop, I am kind of surrounded by canadians and americans, and they all are really into making fun of my accent and my english mistakes. Well, I am the little frenchy.

Here, some photos, until the next article.

Utila Street

counrtyside Utila

Keep going !

TO be continued


Bonjour mes chers followers !

Me voilà de retour.

J’ai finalement décidé de continuer sur ce blog la suite de mes aventures à travers le monde. Parce qu’après tout, pourquoi s’arrêter à l’Australie ?! (Même si je planifie bien d’y retourner un jour)
Ainsi, The Australian Giraff devient The Worldwide Giraff !

La refonte du blog est à venir. Je vais créer une partie Australie, et faire une nouvelle partie “Utila”, et pour chaque nouvelle étape une nouvelle section sera créée.

A plus !!


Hello my dear followers !

I am BACK !

I have finally decided to keep going on this blog, to follow me around the rest of my adventures around the wolrd. After all, why shoul I stop after Australia ?! (But I still plan to be back there !)
So, The Australian Giraff is becoming the Worldwide Giraff !

I am going to rework the blog, creating new sections, Australia, Utila and the next destination to come will be make.

See you around !

The Tax issue with no end….

mytax return


Je crois que la misère de la déclaration d’impôts australiens n’aura jamais de fin…Après un deuxième appel, j’ai finalement réussi à créer mon compte “myTax”… pour finalement apprendre que je ne suis pas résidente donc que je ne peux pas utiliser le service MyTax !!!!! (Avis au futur non-résident qui souhaite faire leur déclaration en ligne… ne vous cassez pas la tête !)Bonheur.

Bon alors je fais comment moi en tant que non résidente ???

… En attente de réponse sur le compte facebook de Australian Taxation Office. J’y crois !


There is no end with my tax return issue…After a second call, I have been finally successful to create my ATO account. Unfortunately, once logged on, MyTax is telling me I cannot do it because I am not an australian resident !!!!!! Please kill me !

So how can I do it as a non australian resident ???

… Waiting an answer from the Australian Taxation Office facebook account. I have faith !

The After

My Gov tax return


Après le WHV fini, quand tu reviens dans ton cher pays la France, à part essayer de garder le sourire et de ne pas tomber dans une dépression post-Australie, il n’y a pas grand chose d’autre à faire. Sauf si tu as travaillé (déclaré) pendant ton année en Australie, alors dans ce cas tu te dois de faire ta déclaration de revenu… pour à la suite avoir l’opportunité de récupérer les taxes payées (ouaai, trop cool, encore plus de sous !).Alors sois tu es plus ou moins fainéant et tu utilises les services d’un organisme comme taxback.com, sois tu fais ta demande en ligne via MyGov.

J’avais commencé par la méthode de faignasse en contactant taxback…. Sauf que à force de me faire harceler par la conseillère, ça m’a plutôt énervé… Quoi de plus ridicule que de parler français avec une polonaise qui t’appelle depuis l’Irlande pour te parler d’impôts australien ?!! En plus de cela elle a un nom que je ne porte guère dans mon cœur, pour des raisons personnelles purement idiote et enfantine. Sans compter qu’ils vont me prendre 10% du montant que le gouvernement va me reverser.

Bref, je suis donc passée par le “MyGov” qui te permet de faire ta déclaration en ligne comme une grande, comme tous australien résident.

Dans la théorie c’est simple, mais dans mon cas, la pratique s’avère longue et chiante…
Après avoir essayé à moult reprises de créer un compte ATO (Australian Tax Office), j’ai dû me résigner à appeler le service d’aide en Australie.

Truc cool, c’est qu’ils m’ont rappelé, donc comme ça je payais pas la communication ! Laissez moi vous dire que ça a été très très difficile de converser au téléphone comme ça à froid en anglais avec de vrais australiens… J’avais perdu la main ! Bref, j’ai réussi à les comprendre et eux aussi, c’est le principal.

Donc après voir attendu 10 jours ouvrés comme demandé, je retente (ouai, je me plains de l’administration française, mais celle d’Australie n’est pas plus rapide !!). Et boum, encore un problème je suis passée de “Unable to verify your identity” à “Ineligible to link”…

Je vais peut-être recontacter la polonaise finalement…


After finishing your WHV, when you come back in your dear country La France, except trying to keep smiling and not fall into an australian post-depression, there is not much else to do.
Unless you worked during your year in Australia, then, in that case you will have to do your tax return declaration… to get the opportunity to have your taxes back (yeeaah, so cool, more money!).So either you’re more or less lazy, you can use the services of an organization like taxback.com, or make your application online by yourself using “MyGov”.

I started using the lazy method by contacting Taxback …. Except that I felt way too much harassed by the counselor, it has me rather annoyed … What could be more ridiculous than speaking French with a Polish girl calling me from Ireland to speak about Australian taxes? !! On top of that she has a name that I do not carry much in my heart for personal reasons purely silly and childish. Besides they will take 10% of the amount that the government will repay me. Thank you, but no.

In short, I decided to use the “MyGov” which allows you to make your online statement as a grown up person, like all Australian resident.

In theory it’s simple, but in my case, the practice is long and fastidious …
After trying on many occasions to create an ATO (Australian Tax Office) account, I had to resign myself to call the help desk in Australia.

Cool thing is that they called me back, so that I didn’t pay the communication! Let me tell you, it was very difficult to talk on the phone in english, it has been a while… I had lost the habit! In short, I managed it pretty well, they understood me, and so did I.

So after waiting 10 business days as requested, I tried again (yeah, I complain about the French administration, but the Australian is no faster !!). And boom, another problem I went from “Unable to verify your identity” to “Ineligible to link” …

Maybe I’ll recontact the polish girl finally …

Synopsis

One year ago I was leaving France to live my Australian dream. One wonderful year in the country of my heart, where I have seen and experienced so much. It has been a great adventure, a moment of a lifetime that I will never forget. The most beautiful sceneries on earth, a wildlife rich and abundant, from the most overcrowded places to the most remote, Australia you are amazing.

A great journey, it’s not just about the place, but also about the people you meet along your way. I would love to be able to thanks all the people who helped me, but I feel like I’ll never be able to be enough grateful to these people. Aussies who gave me so much, backpackers that I shared so much with, friends I whish I’ll never loose.

I also want to thank you, you my dear little follower. It has been a pleasure to have you on board. And let’s keep in touch, because this is not the end of my travel. There is much more to come.

Cheers. The Giraff.

Australia 2013 – 2014 – The Giraff Adventure in Oz from Carole Robert on Vimeo.